26 octobre 2005

Décors Mauresques et ornements

Décors Mauresques

Le décors mauresque s'inpire de motifs végétaux trés stylisés en courbe, pleins", les vides ayant une  importance décorative égale donnant au dessin cette harmonie particuliere.

Jacques Androuet du Cerceau, ornemaniste français du XVI° siècle

mfrancisque_pellegrin1

Peter Flötner
ornemaniste allemand, tiré du livre cité dans l'article Arabesques, Editions du Carrousel

mducerceau1mpeter_flotner_livre1

  • Francisque Pellegrin : son recueil Patrons de broderie façon arabique et ytalique a été publié à Paris en 1530 et connut un vif succès. Les frises de cet ornemaniste italien, venu travailler à la cour de François Ier ont trouvé leur application d'abord dans la broderie puis ont été rapidement transposées dans l'imprimerie, la reliure, la dentelle, l'armurerie, les boiseries.

  • Virgil Solis : installé à Nuremberg, a dirigé un des plus gros ateliers de motifs ornementaux. Ses premières planches de mauresques apparaissent vers 1541 : frises, médaillons, écoinçons pour des modèles d'orfèvrerie, de ceintures, de fourreaux et de tables de jeux.

  • Peter Flötner, un des ornemanistes les plus influents en Allemagne avec son recueil le Kunstbuch, dont certaines planches sont communes à celles de Jacques Androuet du Cerceau. Ses compositions sont parcourues de longues tiges fines qui s'adaptent volontiers aux panneaux d'armoire ou de meuble.

    L'emploi des mauresques dans le décor sur mobilier se localise surtout en Allemagne, Autriche et Suisse où se trouvent les plus grands centres de marqueterie. La composition des meubles témoigne d'une prédilection pour des ornements de remplissage où la mauresque trouve son plein épanouissement, parfois combinée avec des motifs de rubans…

ev0011

Vers la fin du XVI° siècle, la mauresque n'a cessé d'être réinterprétée, redessinée et intégrée à d'autres genres décoratifs. La simplification végétale, la multiplication des enchevêtrements l'ont progressivement éloignée des motifs orientaux. La mauresque tend à combler les vides dans un fourmillement incessant et il ne reste plus qu'à la fin XVI° siècle qu'un rinceau stylisé.

La mauresque est un rinceau hellénistique qui a subi des transformations : les spirales se sont multipliées, les tiges se sont amincies et les feuilles étirées.

Répondant au principe de la non-représentation de la figure, les mauresques se sont largement diffusées dans l'art sacré puis profane. On les retrouve sur les reliures, les enluminures du Coran, les carreaux de faïence…

Venise, centre important de l'imprimerie, va produire de très nombreuses reliures ornées sur les plats des cuirs de mauresques dorées. A la fin du XV° siècle, la ville italienne sera un lieu d'importations massives d'objets islamiques, notamment les objets en métal damasquiné (sur un fond recouvert de smalto noir, se détachent mauresques et entrelacs incrustés d'or ou d'argent). Face à ce succès, les artisans européens ne tardent pas à s'essayer à la technique : armures de luxe, poignards, fourreaux vont se trouver richement décorés.

La propagation du motif se fait par le biais des gravures de "patron de broderie" autant en Italie que dans le reste de l'Europe. Les motifs sont alors redessinés, adaptés au goût du jour ; les rééditions se succèdent, les recueils se plagient au XVI° siècle.

Les mauresques apparaissent sur les textiles mais aussi les faïences, les pilastres, la voûte d'une niche, les instruments de musique…

La stylisation très poussée des mauresques fait qu'on les confond parfois avec les motifs stylisés des porcelaines chinoises.

decormosa

mauresque1img_ornementsroman3

Posté par zjobr à 16:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Décors Mauresques et ornements

Nouveau commentaire